Maladie de Parkinson

photos de la maladie de parkinson La maladie de Parkinson est une maladie neurologique touchant la catégorie d'âge des individus. La maladie de Parkinson se caractérise par une évolution lente et lente et figure parmi les pathologies dégénératives des structures cérébrales situées dans le tronc et les hémisphères. Son développement est provoqué par la dégénérescence progressive des neurones qui produisent le neurotransmetteur dopamine. La maladie à l'étude est caractérisée par une raideur musculaire, une hypokinésie, des tremblements des extrémités et un dysfonctionnement des réflexes.

La science médicale moderne ne dispose pas des ressources techniques et autres pour guérir complètement la maladie de Parkinson, mais il existe des méthodes distinctes qui peuvent améliorer la qualité de vie du patient.

Causes de la maladie de Parkinson

Environ 15% des sujets atteints de la maladie de Parkinson avaient des cas de maladie dans leur famille immédiate. Dans le même temps, les gènes responsables de l'origine de cette maladie ne sont pas identifiés.

La maladie de Parkinson, c'est quoi? Aujourd'hui, la pathogenèse de la maladie de Parkinson n'a pas été déterminée de manière définitive. Cependant, il est possible d'isoler un certain nombre de facteurs étiologiques, à savoir le vieillissement, l'écologie et les prédispositions génétiques. Pathomorphologiquement, le vieillissement s'accompagne d'une diminution du nombre de neurones situés dans les structures du cerveau (substance noire) et de la présence de corps de Levi dans les neurones. En outre, le processus de vieillissement s'accompagne également de transformations neurochimiques dans le striatum - diminution de la concentration de l'enzyme tyrosine hydroxylase, de la teneur en dopamine et d'une diminution du nombre de récepteurs de la dopamine. Le taux de destruction des neurones situés dans les structures cérébrales est beaucoup plus élevé avec la maladie de Parkinson qu'avec le vieillissement physiologique.

La maladie de Parkinson est souvent due à des facteurs environnementaux (composés chimiques, sels métalliques), à des lésions capillaires cérébrales suivies de leur dysfonctionnement et à l’utilisation de médicaments de pharmacopée contribuant à l’apparition de complications neurologiques présentes dans les troubles moteurs.

La maladie de Parkinson est intéressante en ce sens qu'elle survient moins souvent chez les fumeurs que chez les individus qui n'ont pas cette habitude destructrice. On pense que ce phénomène est dû à l'effet stimulant de la nicotine sur la production de dopamine. De plus, cet effet est dû à la présence dans la fumée de tabac de composés agissant comme des inhibiteurs de la MAO. En outre, la consommation de caféine protège du développement de l'origine de la maladie décrite.

Les causes de la maladie de Parkinson peuvent être identifiées comme suit:

- le vieillissement du corps, dans lequel le nombre de neurones diminue naturellement, ce qui entraîne une diminution de la production de dopamine;

- prédisposition héréditaire;

- résidence permanente à proximité d'autoroutes, d'entreprises industrielles ou de chemins de fer;

- le manque de vitamine D, qui se forme après exposition aux rayons ultraviolets du corps, protège les formations cellulaires du cerveau des effets néfastes des radicaux libres et de diverses toxines;

- intoxication par certains composés chimiques;

- l'apparition de mitochondries défectueuses dues à une mutation, ce qui conduit souvent à une dégénérescence des neurones;

- neuroinfection (encéphalite à tiques);

- Les processus tumoraux qui se produisent dans le cerveau ou son traumatisme.

Les premiers signes de la maladie de Parkinson sont dus à la dégénérescence des structures cérébrales productrices de dopamine et sont responsables de la régulation d'opérations motrices précises. Le trouble producteur de dopamine provoque un déséquilibre chimique dans le cerveau, ce qui diminue le contrôle de la fonction musculaire.

Symptômes et signes de la maladie de Parkinson

La pathologie considérée comporte 4 défauts moteurs (tremblements, hypokinésie, rigidité musculaire et instabilité posturale), des dysfonctionnements autonomes et des troubles mentaux.

Par conséquent, les symptômes de la maladie de Parkinson sont divisés en deux types (troubles moteurs) et autres (troubles des processus mentaux et dysfonctionnements autonomes).

Le tremblement est le symptôme le plus évident et le plus facilement détectable. La maladie en question est caractérisée par des tremblements observés au repos. Cependant, d'autres variétés sont également possibles (intentionnelle ou posturale). Sa fréquence est indiquée dans la plage de 4 à 6 mouvements par seconde. Le tremblement débute généralement à partir du segment distal du membre supérieur et se propage avec la progression de la maladie jusqu'au deuxième bras et aux membres inférieurs. Les mouvements des doigts de nature multidirectionnelle ressemblent à des pilules de comptage ou de torsion de pièces (similaire à la technique consistant à créer des pilules avec vos mains dans des produits pharmaceutiques).

Parfois, vous pouvez trouver un tremblement de la tête , rappelant un hochement de tête, un tremblement de la mâchoire inférieure, de la langue ou des paupières. Moins fréquemment, les tremblements couvrent tout le corps. Les tremblements s'intensifient sous l'effet de l'excitation et disparaissent lors d'actions volontaires ou de rêves. Avec cette maladie, des changements importants dans l'écriture sont observés. Il devient petit, on observe une micrographie.

Une diminution des actes moteurs spontanés ou de l'hypokinésie se manifeste comme suit. Un patient atteint de la maladie de Parkinson peut geler soudainement, maintenant cette position pendant des heures. La raideur des mouvements est également caractéristique. Les opérations motrices actives se produisent avec du retard, leur allure est tranquille. La marche est caractérisée par de petites marches. Les pieds lors de la marche chez le patient sont placés en parallèle. Une telle marche s'appelle également une marionnette. On observe l'amymie, c'est-à-dire que le visage du patient ressemble à un masque.

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson clignotent rarement, les yeux des patients sont gelés. L'expression d'un sourire et de pleurs apparaît tard et disparaît lentement. La pose de mannequin est également caractéristique du parkinsonisme. Le discours des patients est inexpressif, monotone et a tendance à s'estomper. En outre, note une diminution du nombre d'actes moteurs (oligokinésie), exprimée en l'absence de mouvements amicaux physiologiques ou synkinésie. En marchant, les mains de l’individu n’effectuent pas les mouvements de balayage habituels mais restent collées au corps. Pas de rides du front en levant les yeux. Une personne atteinte de la maladie de Parkinson ne peut pas exécuter simultanément plusieurs actes moteurs de nature ciblée. Toutes les actions du patient ressemblent à des actions mécaniques.

La rigidité musculaire est la croissance uniforme du tonus musculaire (hypertension musculaire plastique). En flexion ou en extenseur, les membres gèlent dans la position qui leur est attachée. La forme décrite de l'hypertension musculaire est appelée «souplesse de la cire». La prévalence de la rigidité dans les groupes musculaires individuels entraîne la formation de la posture du suppliant: une personne est affalée, les membres supérieurs pliés sont pressés contre le corps, la tête est inclinée vers l'avant, les membres inférieurs sont également pliés.

Les changements de ton provoquent une violation du désir du membre de revenir à sa position initiale après le mouvement.

Les signes de la maladie de Parkinson dans les derniers stades de la maladie:

- L'instabilité posturale se développe. Il est difficile pour un patient de commencer une action et il est difficile de s’arrêter quand il commence;

- des troubles moteurs se produisent, exprimés lors de la progression du tronc des membres lors du déplacement dans une ligne droite, arrière ou latérale. Cela provoque un déplacement du centre de gravité, ce qui entraîne une perte de stabilité et une chute;

- les troubles végétatifs se manifestent par un trouble métabolique, qui se traduit par l'apparition de cachexie (épuisement) ou d'obésité. Le dysfonctionnement sécrétoire se trouve dans le sébum du derme, en particulier le visage, la transpiration excessive et la salivation;

- le dysfonctionnement des processus mentaux est souvent dû à la maladie elle-même ou aux médicaments de la pharmacopée prescrits contre les symptômes parkinsoniens.

Les premiers phénomènes de psychose ( peur , insomnie, confusion mentale , hallucinations , état paranoïaque avec désorientation) sont observés chez 20% des personnes atteintes de parkinsonisme. La diminution de la fonction intellectuelle est moins prononcée qu'avec la démence sénile. 40% des personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont des troubles du rêve et une fatigue excessive, 47% ont des états dépressifs. Les patients sont inactifs, léthargiques, agaçants. Ils ont tendance à poser les mêmes questions.

Des symptômes supplémentaires de la maladie de Parkinson, outre ce qui précède, sont également représentés par des difficultés d'endormissement, une insatisfaction quant à la qualité des rêves, des réveils nocturnes fréquents, des douleurs diverses, des sensations de brûlure ou des engourdissements.

La maladie présente plusieurs variations cliniques: raide-rigide, rigide-bradykinétique et tremblante.

La première variante est caractérisée par un tremblement des membres, principalement leurs segments distaux, et par la rigidité des actes moteurs volontaires.

La seconde forme est caractérisée par une hypertension plastique des muscles, une inhibition progressive des mouvements actifs pour compléter l'immobilité, la posture du «suppliant».

La troisième forme est caractérisée par la présence d'un tremblement constant ou presque stable de la tête, des membres, de la langue, de la tête, de la mâchoire de moyenne et grande amplitude. Le tonus musculaire est normal ou légèrement augmenté. Le rythme des actes moteurs volontaires est maintenu.

Les premiers signes de la maladie de Parkinson se traduisent par de graves tremblements et des difficultés à commettre et à initier des actes moteurs.

Stades de la maladie de Parkinson

Selon la classification mondiale, la maladie en question est divisée en:

- directement la maladie de Parkinson (retrouvée dans 80% des cas);

- Le parkinsonisme secondaire, qui est diagnostiqué beaucoup moins souvent et qui se caractérise à son tour par les formes suivantes: toxique, vasculaire, traumatique, encéphalitique, médicamenteuse, hydrocéphale et posthypoxique.

La forme du cours est due aux raisons qui ont provoqué le développement de la pathologie. En plus de la forme de l'évolution de la maladie, des stades sont également distingués, en fonction du niveau de prévalence du processus pathologique.

Les scientifiques ont mis au point une échelle spéciale pour aider à déterminer le stade d'augmentation des symptômes de la maladie en question. Cette échelle porte le nom de ses développeurs - M. Hyun et M. Yaru.

Ci-dessous sont les stades de progression de la pathologie décrite selon Hyun-Yar. Il y a 5 étapes au total.

Les symptômes de la maladie de Parkinson et le traitement au stade initial sont des troubles moteurs mineurs du bras. En outre, le stade initial de la maladie de Parkinson peut apparaître initialement avec des symptômes non spécifiques: fatigue non motivée, odeur altérée, troubles de la rêverie et troubles de l'humeur. Ensuite, il y a un tremblement des doigts dû à l'excitation, puis des phénomènes de tremblement apparaissent au repos.

Il existe également un stade intermédiaire de la maladie de Parkinson, caractérisé par la localisation des manifestations dans la moitié du tronc ou du membre. Le tremblement est stable, tout en disparaissant dans un rêve. Une main peut trembler complètement. L'écriture est en train de changer. La motricité fine est difficile. La rigidité est observée dans le segment supérieur de la région du dos et du col utérin. Les mouvements moteurs à la main sont limités lorsque la marche est limitée. Étant donné que le stade décrit est accompagné de symptômes légers ou modérés, vous ne pouvez pas utiliser de médicaments dopaminergiques puissants pour le traitement.

Dans la deuxième phase de la maladie de Parkinson, le trouble des opérations motrices s'étend aux deux moitiés. Tremblement possible de la langue ou de la mâchoire inférieure, salivation. Les expressions faciales sont réduites, la parole est ralentie, des difficultés dans la réalisation des articulations sont notées dans les articulations. Des troubles de la transpiration se produisent, l'épiderme peut être sec ou, au contraire, gras. Une personne atteinte de parkinsonisme est parfois capable de maîtriser des opérations motrices involontaires. L'activité pratique est violée, mais le patient est capable de faire face à des actes simples, même s'ils sont lents.

Le troisième stade de la maladie de Parkinson est caractérisé par une augmentation de l'hypokinésie et de la rigidité musculaire. La démarche de l'individu se fait par une marionnette (pieds placés parallèlement, petites marches). Un masque (visage semblable à un masque) se fige sur le visage. Il peut aussi s'agir d'un hochement de tête. L’apparition d’une «pose de pétitionnaire» est caractéristique. Dans les articulations, les opérations motrices ressemblent à un «mécanisme à engrenages». Les troubles de la parole progressent. C'est comme si le patient était "obsédé" par la reproduction des mêmes mots. Une personne atteinte du stade décrit de la maladie de Parkinson se sert elle-même, mais avec de grandes difficultés. En s'habillant soi-même, on a du mal, en règle générale, il est difficile pour le patient de fixer lui-même des boutons et d'entrer dans la manche. En outre, leurs procédures d'hygiène prennent beaucoup plus de temps.

Le quatrième stade de la maladie de Parkinson se caractérise par une grave instabilité posturale. Il est difficile pour une personne de garder son équilibre en sortant du lit (souvent en avant). Si une personne qui marche ou se tient debout est un petit coup de pouce, elle continuera à déplacer l'inertie dans le sens de la dot, jusqu'à ce qu'elle soit bloquée par un obstacle. Chutes fréquentes entraînant des fractures. Il est difficile pour les patients de modifier la position du corps au cours du processus de rêve. C'est un discours calme, flou et nasal. Un état dépressif se développe, les tentatives de suicide sont fréquentes, parfois une démence. Pour les opérations quotidiennes simples, la plupart ont besoin d'une aide extérieure.

Au dernier stade de la maladie de Parkinson, tous les dysfonctionnements moteurs progressent. Un individu atteint du stade décrit de la maladie de Parkinson ne peut ni marcher, ni se tenir debout ni s'asseoir. Une personne ne peut même pas manger seule. Cela se produit non seulement en raison de tremblements ou de raideurs dans les actes moteurs, mais également en raison de troubles de la déglutition. Le contrôle de la miction et de la défécation est altéré. La parole n'est presque pas claire. Le sujet à ce stade de la maladie devient complètement dépendant des autres. Le stade décrit est souvent compliqué par une humeur dépressive sévère et une démence .

La durée du dernier stade de la maladie de Parkinson est déterminée par l’état de santé et le système immunitaire, les mesures thérapeutiques prises, la qualité des soins et les procédures préventives pour les escarres, l’activité cardiaque et la fonction pulmonaire. L'issue fatale est une conséquence des complications jointes.

Les symptômes décrits ci-dessus montrent clairement que la maladie en question est un test difficile, non seulement pour la personne qui en souffre, mais également pour ses proches. Par conséquent, la maladie de Parkinson est la cause de la maladie et les moyens de remédier à la situation nécessitent une attention accrue.

La maladie de Parkinson modifie considérablement l'existence d'une personne et son environnement immédiat. Depuis les manifestations cliniques exprimées en violation du produit d'actes moteurs ordinaires sont assez graves. En outre, ignorer les premiers signes de la maladie peut avoir des conséquences très graves.

Maladie de Parkinson, combien vivent avec elle? C'est souvent une question d'intérêt pour tous les parents. Tout dépend de la rapidité d'identification de la maladie et de l'adéquation de la thérapie choisie, permettant au patient de ne pas se sentir inutile, inutile et impuissant pendant de nombreuses années.

Le diagnostic précoce de la maladie de Parkinson permet aux personnes de poursuivre leurs activités quotidiennes et de se livrer à des activités professionnelles pendant une longue période, c'est-à-dire de ne pas se sentir un fardeau, mais un membre à part entière de la société.

Diagnostic de la maladie de Parkinson

Afin de diagnostiquer la maladie décrite, on a développé aujourd'hui des critères unifiés divisant le processus de diagnostic en étapes. La phase initiale consiste à reconnaître le syndrome, la suivante - à rechercher les manifestations excluant la maladie, la troisième - à identifier les symptômes confirmant la maladie en question. La pratique montre que les critères de diagnostic proposés sont très sensibles et très spécifiques.

La première étape du diagnostic de la maladie de Parkinson est la reconnaissance du syndrome dans le but de le distinguer des symptômes neurologiques et des manifestations psychopathologiques, similaires dans un certain nombre de manifestations à la maladie de Parkinson réelle. En d'autres termes, l'étape initiale est caractérisée par un diagnostic différentiel. Le parkinsonisme est vrai lorsque l'hypokinésie est détectée en association avec au moins l'une des manifestations suivantes: rigidité musculaire, tremblement au repos, instabilité posturale, non causée par des troubles primitifs vestibulaires, visuels, proprioceptifs et cérébelleux.

L'étape suivante du diagnostic de la maladie de Parkinson consiste à exclure les autres affections qui se manifestent par le syndrome de Parkinson (le critère dit négatif du diagnostic de la maladie de Parkinson).

Les critères d'exclusion suivants pour la maladie en question sont distingués:

- preuve anamnestique d'accidents vasculaires cérébraux répétés avec progression progressive des symptômes du parkinsonisme, de lésions cérébrales répétées ou d'une encéphalite importante;

- l'utilisation d'antipsychotiques avant l'apparition de la maladie;

- crises oculogyriques;

- rémission prolongée;

- parésie progressive supranucléaire du regard;

- symptômes unilatéraux d’une durée supérieure à trois ans;

- manifestations cérébelleuses;

- apparition précoce de symptômes de dysfonctionnement autonome grave;

- un symptôme de Babinsky (une réponse anormale à une irritation mécanique du pied);

- la présence d'un processus tumoral dans le cerveau;

- apparition précoce d'une démence sévère;

- manque de résultats suite à l'utilisation de fortes doses de lévodopa;

- la présence d'hydrocéphalie ouverte;

- intoxication par la méthyl-phényl-tétrahydropyridine.

Diagnostic de la maladie de Parkinson La dernière étape consiste à rechercher les symptômes qui confirment la pathologie en question. Afin de diagnostiquer de manière fiable le trouble décrit, il est nécessaire d'identifier au moins trois critères parmi les suivants:

- la présence de tremblement de repos;

- début de la maladie avec des symptômes unilatéraux;

- asymétrie stable caractérisée par des manifestations plus prononcées dans la moitié du corps avec laquelle la maladie a fait ses débuts;

- bonne réponse à l'utilisation de la lévodopa;

- la présence d'une dyskinésie sévère provoquée par la prise de lévodopa;

- évolution progressive de la maladie;

- maintien de l'efficacité de la lévodopa pendant au moins 5 ans;

- Le long cours de la maladie.

Les antécédents et l'examen par un neurologue revêtent une grande importance dans le diagnostic de la maladie de Parkinson.

Tout d’abord, un neurologue découvre l’habitat du patient, le nombre d’années de début de la maladie et ses manifestations, les cas connus de maladie de la famille, de pathologies précédées de lésions cérébrales diverses, d’intoxications, de tremblements au repos, de types de troubles moteurs apparus, de types symétriques manifestations, qu’elle puisse se servir indépendamment, s’occupe des affaires courantes, qu’il s’agisse de troubles de la transpiration, de changements dans l’humeur émotionnelle, de troubles du rêve, qui médicaments Nimal, si le résultat est leur effet si lévodopa est prise.

Après avoir rassemblé les données historiques, le neurologue évalue la démarche du patient et la posture de son corps, ainsi que la liberté des actes moteurs dans les membres, les expressions faciales, la présence de tremblements au repos et pendant l’exercice, révèle la présence de manifestations symétriques, détermine les troubles de la parole et les défauts d’écriture.

Outre la collecte et l'inspection des données, l'examen doit également inclure une recherche instrumentale. Les analyses dans le diagnostic de la maladie en question ne sont pas spécifiques. Au contraire, ils ont une signification auxiliaire. Pour exclure les autres affections associées aux symptômes du parkinsonisme, ils déterminent le niveau de glucose, le cholestérol, les enzymes hépatiques, la quantité d'hormones thyroïdiennes et prélèvent des échantillons de rein. Le diagnostic instrumental de la maladie de Parkinson aide à identifier un certain nombre de changements inhérents au parkinsonisme ou à d'autres affections.

L'électroencéphalographie permet de détecter une diminution de l'activité électrique dans le cerveau. L'électromyographie affiche la fréquence de la gigue. Cette méthode contribue à la détection précoce de la pathologie décrite. La tomographie par émission de positrons est également indispensable dans les premiers stades de la maladie, même avant l'apparition de symptômes typiques. Une étude est également en cours pour détecter une diminution de la production de dopamine.

Il faut se rappeler que tout diagnostic clinique est seulement possible ou probable. Pour déterminer la maladie de manière fiable, une étude pathomorphologique est nécessaire.

Le parkinsonisme éventuel est caractérisé par la présence d'au moins deux manifestations déterminantes: akinésie et tremblement ou rigidité, évolution progressive et absence de symptômes atypiques.

Le parkinsonisme probable se caractérise par la présence de critères similaires à ceux du possible, ainsi que par la présence d'au moins deux des manifestations suivantes: une nette amélioration après prise de la Lévodopa, l'apparition de fluctuations des fonctions motrices ou de la dyskinésie, provoquées par l'utilisation de la Lévodopa, l'asymétrie des manifestations.

Le parkinsonisme fiable est caractérisé par la présence de critères similaires, comme la probabilité, ainsi que l’absence d’inclusions oligodendrogliales, la destruction de neurones pigmentés, détectée par un examen pathomorphologique, la présence de corps de Levy dans les neurones.

Traitement de la maladie de Parkinson

Les principales étapes du traitement de cette maladie comprennent plusieurs méthodes thérapeutiques de base: la pharmacopée (neuroprotectrice et symptomatique), le traitement non médicamenteux, le traitement neurochirurgical et les mesures de réadaptation.

Les symptômes et le traitement de la maladie de Parkinson sont liés au stade de la maladie et impliquent deux directions conceptuelles: la sélection de médicaments pouvant ralentir ou arrêter la progression des symptômes (neuroprotection) de manière significative, et une thérapie symptomatique pour améliorer la vie des patients.

Il existe plusieurs types de médicaments utilisés pour soulager les symptômes. Ils éliminent les manifestations de la maladie et augmentent la durée de vie active des patients. Cependant, à l'heure actuelle, aucun médicament ne peut arrêter la dégénérescence des cellules dopaminergiques. Par conséquent, la pathologie considérée est classée dans les affections incurables.

Les stratégies de traitement varient considérablement au début et à la fin de la maladie de Parkinson. Lors de l'identification précoce de la pathologie en question, afin de déterminer le moment du début des mesures thérapeutiques avec la pharmacopée, il est nécessaire d'analyser un certain nombre de circonstances, telles que la gravité de l'évolution (sévérité des manifestations cardinales), la durée de l'évolution, le taux d'augmentation des symptômes, l'âge du patient, les maladies associées, la nature du travail, etc. .

Comment traiter la maladie de Parkinson? Le médicament le plus couramment utilisé en pharmacopée pour soulager les symptômes du parkinsonisme est la lévodopa, qui aide à soulager les dysfonctionnements moteurs. De plus, la substance décrite a plusieurs effets secondaires. Afin de minimiser les conséquences négatives, un traitement médicamenteux supplémentaire est prescrit aux patients. Par conséquent, de nombreux neurologues tentent de ne pas nommer la lévodopa au stade des débuts du parkinsonisme.

Au stade initial du développement de la maladie de Parkinson, catégorie de patients n'ayant pas dépassé la limite de cinquante ans, il est recommandé de nommer des antagonistes de la dopamine. Les amantadines et les inhibiteurs de la MAO-B sont également souvent utilisés. La lévodopa est prescrite aux patients qui ont franchi la barre des 50 ans, quelle que soit l'évolution des symptômes de la maladie. L'instabilité de la position du corps se prête assez mal aux médicaments. Les tremblements musculaires et l'hypertonicité peuvent être corrigés quand un dosage adéquat du médicament est pris.

Les patients dans la troisième phase de la maladie de Parkinson se voient prescrire de la lévodopa en association avec des antagonistes de la dopamine (ils sont moins susceptibles de provoquer des dyskinésies et d’autres dysfonctionnements moteurs par rapport à la lévodopa, mais provoquent plus souvent un œdème, des hallucinations, une constipation, des nausées). Les inhibiteurs de la MAO réduisent sélectivement l'activité des enzymes qui coupent la dopamine et ralentissent la progression de la maladie de Parkinson. L'effet pharmacologique est similaire à celui de la lévodopa, mais sa gravité est nettement inférieure. Ce groupe d’outils vous permet d’accroître l’effet de la lévodopa. Les dopaminomimétiques indirects augmentent la production de dopamine et inhibent sa recapture par les neurones. Les médicaments du groupe considéré suppriment principalement la rigidité des muscles et l'hypokinésie, affectent dans une moindre mesure les tremblements.

Lors de la détection de dysfonctionnements du tube digestif, Motilium est prescrit pour activer la motilité. Avec des troubles du rêve, des algues, des états dépressifs, une anxiété accrue, des sédatifs sont prescrits. La prescription d'antidépresseurs, par exemple, le tsipramil, est moins couramment pratiquée. Pour activer la mémoire et améliorer la concentration de l'attention, l'utilisation de Reminyl est recommandée.

Beaucoup s'intéressent à: "Comment traiter la maladie de Parkinson?". Les gens sont particulièrement intéressés par la possibilité d'aider les patients avec des méthodes non médicamenteuses. En plus de la pharmacopée, les exercices de gymnastique se sont révélés excellents et, avec la répétition quotidienne, avec l'utilisation de médicaments, donnent d'excellents résultats.

La gravité de la maladie de Parkinson est la progression constante des symptômes, ce qui conduit à une invalidité. Par conséquent, la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson et leur adaptation dépendent directement d'une thérapie compétente et de soins à domicile. En outre, il est très important d’aider le patient à conserver la capacité de se servir lui-même et à effectuer des manipulations quotidiennes.

Les aspects suivants concernent les soins à domicile et les soins des sujets atteints de la maladie de Parkinson. Tout d'abord, il est nécessaire d'adapter la situation de la maison (réaménager le mobilier de manière à ce que la personne s'en repose, se déplacer dans l'appartement) et simplifier les activités quotidiennes. Une personne doit adhérer à un régime alimentaire, consommer beaucoup de fruits (à l’exclusion des bananes) et de légumes, manger plus de céréales, de légumineuses et de pain brun. De la viande devrait être préféré des variétés maigres et de la volaille. Les produits laitiers sans gras peuvent être consommés. Consommez au moins deux litres de liquide par jour.

L'alimentation est importante pour des raisons. Premièrement, suivre le bon régime contribue à accélérer l'action des médicaments. De plus, dans les étapes ultérieures, il y a un problème de déglutition. Par conséquent, pour élaborer un régime alimentaire quotidien est nécessaire en tenant compte des caractéristiques spécifiques de l'individu. En outre, les aliments peuvent contribuer à la constipation ou à la perte de poids. Ce point devrait également être pris en compte lors du développement d'un régime. Un régime quotidien bien choisi aide à soulager les manifestations végétatives de la maladie de Parkinson.

Les exercices de gymnastique sont indispensables à tout stade du développement de la pathologie. Pour améliorer la coordination, il est recommandé de faire un exercice avec le type «ciseaux» avec les mains, de dessiner des huits imaginaires en l'air, de simuler l'aviron avec les mains et d'incliner le corps. L'étirement ou l'étirement est idéal pour éviter la rigidité musculaire. Si la condition physique de l'individu le permet, les exercices «bridge» et «swallow» seront utiles. De plus, la natation, la marche quotidienne ou la course à pied légère sont efficaces. Vous pouvez éliminer les tremblements en prenant une petite chose dans la paume de votre main. Cela aide à réduire les tremblements et à rétablir le contrôle sur les actes moteurs.

Il est possible de corriger les troubles de la parole avec le travail conjoint d'un orthophoniste et d'un patient. Des exercices spéciaux ont également été développés pour améliorer la parole et ramener votre vie au niveau précédent. Le premier exercice est une prononciation alternée distincte et forte des voyelles. Prononcez les voyelles en étirant en avant et en étirant les lèvres. Prochain exercice: insérez de petites noix sur les joues et lisez un livre ou récitez un poème. En même temps, la lecture ou la récitation doit être faite sans hâte et reproduite à voix haute. Ces exercices doivent être effectués au moins deux fois par jour.

Les exercices destinés à renforcer l'activité mentale sont représentés par ce que l'on appelle charger l'intelligence, qui comprend: la résolution de mots croisés, la résolution de puzzles, la résolution de devinettes, la mémorisation de poèmes par cœur. Vous pouvez également utiliser des jeux spéciaux visant à maintenir l'activité mentale (association).

Les traitements non traditionnels sont davantage utilisés pour éliminer les symptômes qui entravent le fonctionnement normal. Ainsi, par exemple, si une personne souffre de constipation, il lui est montré qu'il prend des herbes médicinales qui ont un effet laxatif et que les plantes qui stimulent l'activité du cerveau sont utilisées pour améliorer l'activité intellectuelle. De plus, les bains chauds, qui aident à soulager la raideur musculaire et le calme, sont considérés comme indispensables en médecine alternative. Les bains doivent être pris dans un cours - une fois tous les 60 jours 10 procédures. Un bain avec des feuilles de sauge a un excellent effet, il faut le pré-infuser et le laisser infuser.

Ainsi, aux premiers stades de la maladie de Parkinson, aucun traitement médicamenteux n'est généralement prescrit aux patients. Ils tentent de mettre un terme à leur état grâce à des exercices de physiothérapie. Ils essaieront plus tard de connecter les médicaments de pharmacopée, puisqu'un traitement à long terme avec de tels médicaments crée une dépendance et de nombreux effets négatifs.

Vues: 114 865

Un commentaire sur “La maladie de Parkinson”

  1. Bonjour Maman de 76 ans a été diagnostiquée avec la maladie de Parkinson. On leur a prescrit 1/2 comprimé 3 fois par jour, avec une augmentation progressive de la dose, à 1/3 fois par jour, mais après avoir lu les instructions, j'ai trouvé que la forme de glaucome à angle ouvert était une contre-indication. Très contrarié que maman tombe. À partir des examens, il a été établi un DSMAG de vaisseaux sur lequel l'athérosclérose des vaisseaux brachéocytaires et la sténose des artères carotides gauche et droite étaient révélées à 20%. Vaut-il la peine d'essayer?

Laissez un commentaire ou posez une question à un spécialiste

Une grande demande à tous ceux qui posent des questions: lisez d’abord toute la branche des commentaires, car, très probablement, selon votre situation ou une situation similaire, il y avait déjà des questions et des réponses correspondantes d’un spécialiste. Les questions comportant un grand nombre d'orthographes et autres erreurs, sans espaces, signes de ponctuation, etc. ne seront pas prises en compte! Si vous voulez une réponse, prenez la peine d'écrire correctement.