Dépendance à la nicotine

La dépendance à la nicotine est une variation de la dépendance résultant du tabagisme. En termes de taux de dépendance, la nicotine donne la priorité à l'héroïne, mais elle est parmi d'autres variétés de substances narcotiques. Les envies incontrôlées de nicotine en médecine désignent un complexe de troubles mentaux, de troubles physiologiques et de troubles du comportement causés par l'usage du tabac.

La dépendance à la nicotine est assez courante. Cela est dû en grande partie à la légalité de la distribution des cigarettes et à leur accessibilité facile. De plus, il s’agit de la variante la plus difficile de la toxicomanie. Les principales conséquences de la consommation de tabac à long terme sont des maladies qui affectent le myocarde, les vaisseaux sanguins, le système respiratoire et également l’oncologie. C'est pourquoi le thème «Comment se débarrasser de la dépendance à la nicotine» est si populaire, car l'effet de la nicotine sur le corps humain est plutôt destructeur et ne disparaît jamais sans laisser de trace.

Signes de dépendance à la nicotine

La forme de dépendance analysée se retrouve dans la dépendance à la nicotine, composante essentielle de la production de tabac, et dans un besoin psychologique de fumer. Fumer ne peut être considéré comme une mauvaise habitude. Le tabac est une maladie qui peut toucher n'importe qui, qu'il s'agisse d'un adolescent à faible revenu ou d'un majeur, d'un médecin ou d'un chômeur, d'une fille ou d'un homme. La seule différence est le coût et la variété des produits du tabac utilisés par les fumeurs pour satisfaire leur dépendance.

La nicotine provoque une soif de fumer en raison de sa capacité à procurer au fumeur une sensation physique agréable et des effets mentaux. L'absence de cigarettes provoque toute une gamme de sensations indésirables et douloureuses, ainsi qu'une dégradation du bien-être.

Souvent, les gens se familiarisent d'abord avec l'habitude décrite dans leur jeunesse par curiosité ou dans le but de renforcer leur autorité. De plus, tout le monde n'est pas accro à cette dépendance. Pour que des envies incontrôlées se développent, plusieurs facteurs sont nécessaires. Au premier tour, l'environnement social a un impact énorme. Ce n'est pas pour rien que des gens aguerris disent qu'un mauvais exemple est tout à fait contagieux. De plus, la formation d'une dépendance à la nicotine est souvent due à une prédisposition génétique ou à la présence de problèmes psychologiques, de pathologies nerveuses, d'humeurs dépressives, de schizophrénie .

Comme inhaler avec de la fumée de cigarette en vacances n'indique pas toujours la présence d'une faiblesse fatale pour le tabac, il est nécessaire de connaître les manifestations indiquant l'occurrence d'un esclavage de la nicotine. Vous trouverez ci-dessous les principales caractéristiques de cette variation de dépendance.

La présence d'une dépendance incontrôlée à la nicotine est tout d'abord indiquée:

• l'incapacité de se débarrasser indépendamment de l'habitude décrite et la présence dans «l'histoire» de plusieurs tentatives infructueuses pour se débarrasser des envies de tabac;

• avoir des manifestations désagréables dues au refus de fumer (faiblesse, diminution de la capacité de travail, capacité d'attention réduite, nervosité , troubles digestifs, humeurs dépressives, appétit indomptable);

• a continué de fumer même en cas de détérioration de l'état de santé (une personne porte délibérément préjudice à sa propre santé et le fumeur ne peut cesser de se blesser);

• réduction de l'implication sociale afin de créer des conditions permettant de fumer sans entraves (par exemple, une personne tente d'éviter les établissements où il est interdit de fumer, ou restreint la communication avec des sujets qui ne supportent pas l'odeur de cigarette).

Les étapes de la dépendance à la nicotine

L'entrée de nicotine dans le corps humain déclenche un grand nombre de réactions en chaîne au niveau cellulaire et le processus de transport de l'influx nerveux. De telles réactions sont considérées comme réversibles. En d'autres termes, en l'absence d'exposition à la nicotine, ils s'arrêtent ou se stabilisent. Au niveau physiologique, le besoin impérieux de «bacilles à la nicotine» est considéré comme un stade de dépendance.

La dépendance est notée comme une condition prémorbide résultant du tabagisme épisodique. À ce stade, on observe en moyenne jusqu'à 15 épisodes de tabagisme par mois. En outre, il existe également des manifestations d'intoxication après le tabagisme, à savoir: faiblesse, nausées légères, vertiges.

Le stade initial de la dépendance à la nicotine est caractérisé par la régularité de la consommation de cigarettes. Les fumeurs ressentent de la vigueur, augmentent leur humeur, améliorent leurs capacités, ce qui est la première cloche de l’attraction. Maintenant, la personne fume plus souvent. Les symptômes apparus lors de la première rencontre avec des bâtons de nicotine sont absents. Le besoin de cigarettes augmente chaque jour. Les gens peuvent passer cette étape assez rapidement, mais en moyenne, la phase initiale se caractérise par une durée d'un an et demi à cinq ans.

La première étape de la dépendance chronique à la nicotine est marquée par une transition vers le tabagisme systématique. Ici, environ 10 cigarettes par paquet (parfois plus) sont consommées par jour. Il existe un léger besoin psychologique directement lié au processus de tabagisme. La pénétration de la nicotine donne déjà lieu à des réactions en chaîne cellulaire, les manifestations correspondantes apparaissent. Le corps devient tolérant à la pénétration de la nicotine. Après avoir fumé une cigarette, personne ne se plaint de la détérioration de sa santé. Cette étape est caractérisée par une durée pouvant aller jusqu'à 5 ans.

Au stade suivant de la dépendance chronique, les besoins en nicotine augmentent et deviennent progressivement plus stables. Désormais, les fumeurs cherchent de la cigarette, quelle qu'en soit la raison: malaise ou bonne humeur, effort excessif ou vigilance matinale, conversation discrète ou rassemblements amicaux, promenade ou film. Il existe déjà des symptômes de sevrage avec une forte diminution du dosage de nicotine.

Le tableau décrit est complété par l'apparition de toux matinale, des fluctuations de pression, l'apparition d'un inconfort, de l' agressivité , des problèmes d'endormissement, une légère léthargie. Toujours envie de fumer. La pensée de cette action peut survenir la nuit. Un paquet de cigarettes par jour est déjà la norme. La durée de cette étape est due aux caractéristiques physiologiques purement individuelles du fumeur, mais prend en moyenne 10 ans.

La troisième étape de la dépendance à la nicotine est marquée par le manque d’investissement dans le processus de tabagisme. Souvent, le fumeur cherche le «bâton de nicotine» à son insu. Il n'y a pas de prétexte spécifique ni de décalage entre les pauses, pas plus que les préférences de marque. Le processus de fumage est amené à l'automatisme. En outre, il est noté: manque de mémoire, irritabilité , léthargie, anxiété, maux de tête fréquents et perte d’appétit. Dans le même temps, les organes respiratoires, le système digestif, le myocarde souffrent, l'élasticité capillaire diminue. Une caractéristique distinctive des fumeurs expérimentés est le ton jaunâtre de l'épiderme.

La séparation ci-dessus au stade est considérée comme conditionnelle, car plusieurs facteurs influent sur l’évolution de la dépendance: le type de cigarette, l’âge auquel on entre en liaison, le sexe, la santé, la résistance individuelle aux substances nocives.

Traitement de la dépendance à la nicotine

Le processus d'abandon du tabac lui-même est souvent assez compliqué en raison de la dépendance engendrée par la nicotine.

Le plus souvent, les fumeurs essaient d'arrêter de fumer - de façon brusque et définitive - mais les statistiques montrent que pas plus de 7% des individus sont capables de renoncer à la dépendance à la nicotine ou à une autre aide dès la première fois sans pilule.

Les deux médicaments les plus efficaces contre la dépendance à la nicotine sont: la thérapie de remplacement de la nicotine combinée (par exemple, la gomme à mâcher avec un patch) et la varénicline.

Vous trouverez ci-dessous quelques points fondamentaux à prendre en compte lors de l’étude des matériaux, de la façon de se débarrasser de la dépendance à la nicotine et du choix d’une technique efficace.

L'esclavage à la nicotine nécessite souvent des tentatives répétées pour arrêter de fumer. Le traitement de la dépendance à la nicotine est efficace dans un large éventail de sous-populations (niveau social et éducatif, âge, sexe, santé).

La recommandation médicale de mettre fin à cette dépendance est dans la médecine moderne l’intervention la plus bénéfique du point de vue économique, même avec un faible pourcentage de fumeurs suivant de tels conseils. Clarification des conséquences du tabagisme, du soutien et de l'encouragement, de la motivation - ces facteurs augmentent les chances d'abandon du tabac.

En outre, divers cours, formations, programmes d'un plan psychologique visant à surmonter la dépendance sont considérés comme efficaces.

Les méthodes radicales pour se débarrasser de l'esclavage du tabac n'existent pas aujourd'hui. Toutes les méthodes disponibles pour se débarrasser de l'oppression de la nicotine peuvent être regroupées comme suit: traitement de substitution, comportemental, pharmacopée et traitement non médicamenteux.

En cas d'attraction incontrôlée de la nicotine, des agents spéciaux contenant de la nicotine sont largement utilisés (traitement de substitution). La copie des effets de la nicotine est due à l'utilisation d'une solution de nicotine ou de chewing-gum saturé de nicotine, qui doit être utilisé uniquement en association avec d'autres moyens, car seule son utilisation ne permettra pas d'éliminer les fringales à long terme.

Les médicaments contenant de la nicotine procurent aux fumeurs la même sensation que de fumer. Des études ont montré que se débarrasser de l'esclavage du tabac avec un timbre à la nicotine était plus efficace par rapport au traitement par placebo.

La nicotine en aérosol aide à s’abstenir de fumer, mais seulement au début de son utilisation. Les inhalations de nicotine sont utiles pour refuser à court terme de siroter des «bâtons de nicotine».

Les tentatives infructueuses pour se débarrasser de la dépendance à la nicotine sont dues à un besoin impérieux prononcé de fumer avec des symptômes de sevrage. C’est pourquoi, lorsque les symptômes du tabac cessent, une substitution proportionnelle de la nicotine vous permet de vaincre le désir de traîner une cigarette. Pour cela, des agents contenant de la nicotine sont prescrits. La soumission marquée à la nicotine (consommation quotidienne de plus de 20 cigarettes, fumer pendant 30 minutes après le réveil de la première cigarette, efforts infructueux pour arrêter de fumer) est une indication pour la nomination de drogues contenant de la nicotine.

La thérapie de substitution est également indiquée pour les patients fortement motivés à se libérer de cet esclavage. L’avantage de la méthode décrite est de réduire la nécessité d’utiliser la quantité quotidienne de cigarettes, auparavant familière, et d’atténuer les manifestations du syndrome de sevrage. Une longue durée de cette thérapie ne résout pas le problème du sevrage de la consommation de produits du tabac. En outre, il convient de garder à l’esprit que, en présence de contre-indications somatiques (diabète sucré, infarctus du myocarde, hypertension artérielle, pathologie du foie, etc.), ce type de traitement est inapproprié. En outre, une surdose causée par le tabagisme dans le contexte de l’utilisation de drogues contenant de la nicotine ne peut être exclue.

Afin de développer un réflexe de tabagisme négatif, des comprimés de dépendance à la nicotine sont utilisés, des médicaments provoquant des vomissements en association avec le tabagisme.

Parmi les méthodes non médicamenteuses de salut de l'esclavage à la nicotine, une méthode express hypnotique est utilisée. Le sujet est immergé dans un état de transe et dispose de paramètres thérapeutiques.

Prévention de la dépendance à la nicotine

La dépendance aux produits du tabac en plus de provoquer la dépendance à la nicotine, il est également dangereux de développer une dépendance psychologique persistante. Un remède contre la dépendance physiologique ne suffit pas, car le facteur psychologique est généralement beaucoup plus grave.

Les mesures préventives visant à prévenir le tabagisme et à prévenir sa rechute sont basées sur la perception des facteurs déclencheurs du tabagisme et sur la substitution des besoins néfastes décrits à un métier plus sain.

L'asservissement physique direct au tabagisme perdurera quand la nicotine quittera complètement le corps et un état de manque psychologique pourra ramener une personne à une dépendance.

Voici quelques facteurs clés pour prévenir le tabagisme. Et surtout, il est possible d'anticiper l'apparition d'une dépendance à la nicotine en clarifiant constamment les dangers du tabagisme.

Il est également nécessaire d'interdire la publicité pour le tabac. Après tout, si la fragile psyché adolescente est diffusée à partir d’écrans bleus, le fait de fumer donne de la liberté, de l’inspiration, permet d’atteindre des sommets sans précédent. Naturellement, un jeune rêveur voudra essayer.

Limiter la facilité d'accès aux produits du tabac et aux endroits où il est permis de s'adonner à cette dépendance est également une mesure plutôt nécessaire. Depuis le degré de dépendance à la nicotine varie selon les sujets. Donc, vous ne pouvez pas attraper le grand fumeur par aucune mesure restrictive, et les personnes qui sont soumises à un degré moyen d'implication dans le processus seront effrayées par la nécessité d'aller à la recherche de «bâtons de nicotine» ou d'un lieu pour leur consommation.

Afin d'éviter le développement de fringales de nicotine chez les microsociums d'adolescentes, l'absence de cette habitude dans leur cercle proche est considérée comme la meilleure solution. Si les membres de la famille ne sont pas esclaves du tabac, le risque de dépendance au tabac chez les enfants est fortement réduit. Les parents sont encouragés à participer à des exercices sportifs avec les enfants, à les captiver avec quelque chose, à prendre leur temps libre.

Il est très important d’empêcher la formation de l’habitude négative décrite précisément dans le microsocium de l’adolescent, car il a été établi que les sujets toxicomanes âgés de moins de 15 ans meurent de maladies oncologiques touchant les poumons, environ cinq fois plus souvent que les personnes qui ont commencé à fumer beaucoup plus tard.

Une dose mortelle de nicotine pour un adulte est considérée comme un paquet de cigarettes consommées à la fois. Pour un adolescent, une telle dose ne représente qu'un demi-paquet. Vous devez également comprendre qu’en plus de la nicotine, les produits du tabac contiennent beaucoup plus de substances nocives. C'est pourquoi l'introduction des mesures de prévention décrites et autres est si importante.


Vues: 1 385

Laissez un commentaire ou posez une question à un spécialiste

Une grande demande à tous ceux qui posent des questions: lisez d’abord toute la branche des commentaires, car, très probablement, selon votre situation ou une situation similaire, il y avait déjà des questions et des réponses correspondantes d’un spécialiste. Les questions comportant un grand nombre d'orthographes et autres erreurs, sans espaces, signes de ponctuation, etc. ne seront pas prises en compte! Si vous voulez une réponse, prenez la peine d'écrire correctement.